AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Le discours du leader politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Bad Meets Heroes
also known as
Heroes

★ Messages : 516
★ Arrivé le : 14/11/2013
★ Age : 34


MessageSujet: Le discours du leader politique Dim 8 Juin - 20:11

Le discours de Mr Jackson



Alors que quelques rues plus loin se déroulait l'une des plus grandes manifestations que Chicago n'ai jamais connues, au Chicago Historical Museum c'était un homme qui faisait entendre sa voix et pas des moindre. Il était 18h et Mr Jackson, député de la ville, expliqué devant les caméras et l'assemblé de civile qui se tenait devant lui que les mutants ne sèmeraient plus la terreur. Ils n'étaient plus humains dorénavant et tant qu'il n'y aurait pas d'antidote ils devront se montrer sages s'ils ne voulaient pas finir en prison spécialisée. Cet homme était très soutenu par les habitants anti-mutants. Ils avaient tellement peur d'eux qu'ils n'osaient plus sortir la nuit par crainte d'être tuer ou utiliser dans un but précis, certes il y en avant des gentils mais malheureusement c'était la délinquance qui se faisait le plus ressentir dans cette ville et ça les chicagoans ne pouvaient plus le supporter. L'UJI était pourtant là chaque jour, et en cette fin de journée, ils prouvaient encore une fois que même si les habitants étaient contre eux, les justiciers ne baisseraient pas les bras et se battraient pour la sécurité de Chicago. Mr Jackson présenta son plan en abordant tous les points spécifiques de l'antidote. Son but était de rassurer ces habitants qui se tenaient devant lui en ce jour, et tous ceux qui le regardaient à la télé. Les scientifiques avaient trouvé quelque chose à exploiter qui devrait être testé d'ici un mois. Il en profita pour faire un appel aux volontaires. Une fois l'antidote testé et approuvé, les mutants devront passer une visite à la base militaire non loin de la ville et ceux qui ne seront pas présents seront poursuivit et emmener de force. Toutes ces paroles lourdes de conséquence étaient entendues par les membres de l'UJI, tout comme les mutants fondus dans la foule.

Instruction

Plusieurs solutions s'offrent à vous, en tant que mutant, vous pouvez mener une révolte pour vous faire entendre ou continuer à écouter le discours de Mr Jackson. Si vous êtes un chicagoans vous pouvez soutenir le député avec des messages de soutien ou des banderoles. Enfin l'UJI garde un œil sur la foule tout en écoutant l'homme politique, malgré leur rôle de justicier ils peuvent se sentir agacés par les propos de Mr Jackson. Vous aurez jusqu'au 21 juin pour répondre autant de fois que vous le désirez à ce premier tour après quoi l'action sera relancée, avec pleins de petites surprises.

Participants

- Hope
- Kyle
- Francis
- Toby
- Welsie
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Francis Belamy
also known as
Catfish

★ Messages : 37
★ Arrivé le : 31/05/2014
★ Age : 37
★ Avatar : James Macavoy
★ Niveau RP : Niveau 2 ou 3
★ Job/études : Illustrateur


MessageSujet: Re: Le discours du leader politique Mer 11 Juin - 16:45

La soir commençait à tomber , si bien que le soleil de ce début de printemps n'arrivait plus à réchauffer la foule entassée au Lincoln Park. Ce parc , qui d'habitude ne voyait quelques familles en balade ou des étudiants amoureux allongés dans l'herbe, était à cette heure noir de monde. Les habitants de Chicago avaient eut vent du discours du député Mr.Jackson une semaine auparavant , et ce grâce à une série de pubs télévisées alléchantes diffusées sur la BBC. On pouvait y voir des scènes de désolation , de maisons éventrées et de cadavres calcinés , sur lesquelles une voix riche et profonde scandait " Regardait-ce qu'ils nous ont fait!". Alors tout disparaissait de l'écran pour laisser place à une unique date sous laquelle venait se greffer le nom du partie de Mr.Jackson.
Les journaux avaient tentés dans un premier temps de prendre cette nouvelle avec des pincettes, tentant de mettre en garde la population face à leur haine des mutants. Le Times c'était même évertué à pondre une analyse, dans laquelle il démontrait que la menace des mutants incontrôlables était minime. Le journaliste tentait même de contre-carrer les publicités de Jackson en montrant des mutants éteignant des incendies au côté des soldats du feu.

En vain. Le député avait réussit à embraser la peur de la population en haine farouche . Tous avaient trop souffert pour pouvoir encore être capable de compassion envers ceux qu'ils appelaient désormais avec dédain " Les Enfants du Météore". Des père se mirent à haïr leurs fils , des amis d'enfance se tournèrent le dos , et ce juste car ces derniers étaient désormais différents.

- Ils n'ont pas l'air d'avoir lésiné sur les moyens, déclara Robbie en admirant l’estrade un peu à l'écart , ou était monté les deux écrans géants.

- Cet homme est orgueilleux. Il veut que le monde sache qu'il sera le visage de la fin des mutants. Un coup de pub qui le propulsera pour sûr dans les plus hautes sphère du pouvoir. répondit Francis en sortant son carnet à dessin de sa sacoche de cuir. Je hais les divas.


Le jeune homme hocha la tête en silence. Agé de vingt sept ans, les cheveux brun coupé court soulignant la finesse de son visage, Robbie Dhoone était le leadeur du groupe activiste pro-mutant Deus Ex. Ou tout du moins , aux yeux de tous. Son pouvoir sur l'air était moins puissant que son charisme , ce qui avaient poussé Francis à le choisir comme le visage de son organisation. Un homme de paille autant qu'une arme redoutable !

Les deux hommes avaient choisi un emplacement un peu en retrait, non loin d'un bosquet. Ils étaient suffisamment loin de la foule pour éviter d'être bousculer , mais suffisamment prés pour voir la scène.
Soudain , un bruit assourdissant retentit .Les écrans géants s'allumèrent , repassant les séries d'images vues dans les publicités. La foule se tut alors comme un seul homme, attendant avec impatience la suite.

- Je ne comprend toujours pas ton choix. J'aurai pu faire une entrée cent fois plus fracassante, montrer à tous ces humains au combien nous leur sommes supérieur! continua le jeune homme en observant la scène légèrement en contrebas.

Francis émit un soupir en se calant contre le tronc du chêne.
-Il y a deux moyens de faire comprendre que ta cause est juste Robbie. Tu peux utiliser la force , ordonnant à tes partisans de massacrer tout ceux qui ne sont pas d'accord avec toi. Mais jamais ils ne seront d'accord avec toi , car au final , tu n'as fait que renforcer leur détermination que tu es leur ennemi .Alors jamais il ne se soumettront.
Mais au lieu d'utiliser la force, tu peux retourner leurs convictions contre eux, leur montrer une voie différente , les faire douter de ce qu'il croyait être la seule solution. Une fois le doute installer dans leur cœur, tu passeras du statut de Démon à celui de Prophète !


Francis sentit le jeune tenter d'assimiler le sens de ses paroles, avant que celui-ci ne hausse les épaules et ne détournes son attention vers la scène.

Un homme sec et dégarnie , en costume trois pièce, y toisé la foule de son regard perçant en débitant son discours.

"- ... et c'est ainsi que vous avez connus la peur! Nous ne sommes pas une race assez sage pour espérer détenir un tel pouvoir ! Regardez , mes cher concitoyens , comment ces " Enfants du Météore" s'entrent déchirent dans nos rues pour un peu d'argent , un regard déplacé ou simplement parce qu'ils en ont envie ! Nous ne pouvons plus les maitriser, nos forces de polices sont débordées et c'est vous qui en souffrez ! Oui Vous , mes cher Concitoyens ! C'est vos maisons qui sont détruites , vos enfants que l'ont retrouvent mort sur le pavé !

Francis entendit le grondement monter dans la foule . Il devait avouer que cet homme, malgré son physique ingrat, était bon orateur. La partie aller être serrée. Alors que les mains du jeune homme continuait de danser sur le papier, le député continua :

- Mais rassurez vous . Ces jours noirs sont maintenant derrière nous. Nos scientifiques ont trouvé la solution dans le même météore qui a donné vie à ces monstre. D'ici moins d'un mois , un vaccin sera disponible. Il permettra de rendre leur humanité à ceux qui l'ont perdu , que ce soit de gré , ou de force. Vous n'aurez alors plus à avoir peur. La vie reprendra le visage que nous lui avons toujours connu, et vous pourrez de nouveau dormir sur vos deux oreilles.
Mais pour cela , j'ai besoin de vous. J'ai besoin de votre appui pour rendre ce futur possible. Il me faut l'accord de la présidence pour faire approuver ce vaccin , et je ne peut y arriver sans votre aide. Alors je vous pause la question : êtes vous avec moi pour rendre le monde meilleur ?


La réponse fut brutale et unanime, déployée par un millier de voie criant à l'unissons leur approbation. Francis sut alors que ce fut le moment d'agir.
Il ferma les yeux et se concentra .Même si ce qu'il allait faire n'avait rien de difficile pour lui, l'enjeu était de taille.

Les cris moururent aussitôt. Une autre personne venait d'apparaître sur la scène, à genoux , surgit du néant. Le nouveau venu était telle une copie sublimée de Jackson , la peau doré auréolé d'une cascade de cheveux blond comme les blés. Se relevant , tous put voir une abondante musculature se dessiner sous son costume bleu azuré. Il adressa un sourire sans joie au député éberlué , puis se retourna vers la foule. Ce fut d'une douce et musicale qu'il déclara :

"- Et voici ce que j'aurai pu être si j'avais été comme eux. Regardez moi. Ne voyez-vous pas que ces dons ne sont pas la pour causer la mort , mais pour sublimer notre nature ? Lequel d'entre vous n'a jamais rêvé de voler entre les nuages par une chaude journée d'été ? Qui n'a jamais rêver d'une force telle qu'elle pourrait lui permettre de protéger les siens de tous les dangers de la vie ?
Le nouveau venu marqua une coutre pause , le temps que ses paroles fassent leur effet.
-Oui , vous y avez tous rêvé. Et maintenant que c'est possible , vous refuseriez un tel cadeau ? Vous voulez enlever ce cadeau à ceux qui l'ont déjà reçu car vous avez peur d'eux ? Non. Je sais qu'au fond de vous , vous n'aspirez qu'à être comme eux. Ainsi devenir ce que vous auriez toujours dut être si la chance avait frappé à votre porte.
Et c'est désormais possible. Si ces scientifiques peuvent enlever ces cadeaux par une simple seringue , ils sont aussi capable de vous les offrir !


Francis eut à peine terminé de prononcer ces mots , qu'il put voir à travers les yeux de sa création toutes sortes de réactions dans la foule : de l'envie , du rêve , mais aussi de la consternation et de la colère. Cette masse, qui tout à l'heure si unie dans le même désir de mettre un terme au mutant, n'était plus aussi sûr.

- Mes frères et soeur , c'est désormais à vous de choisir , car VOUS avez le vrai pouvoir ! Et à l'heure du choix , n'oubliez pas mes paroles...
Puis la créature disparue , dans un nuage de fumée dorée, laissant la foule dans un tel état d'agitation que tous les efforts du député Jackson pour ramener le calme furent vains.

Quand Francis rouvrit les yeux , il entendit la voie flûté de Robbie :
- Je ne te savais pas si doué avec les mots Francis. Tu m'as presque convaincu. Et maintenant ?
- Maintenant, on attend. répondit le jeune artiste en balayant la foule de son regard glacial.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Hope I. McCartney
also known as
Mystic

★ Messages : 850
★ Arrivé le : 13/09/2013
★ Age : 31
★ Avatar : Natalie Portman
★ Niveau RP : Moyen
★ Job/études : Physicienne (20 ans d'étude derrière moi)


MessageSujet: Re: Le discours du leader politique Sam 14 Juin - 13:29

Le discours du leader politique

Aujourd'hui était un jour particulier pour les mutants, le député de Chicago avait prévu son discours depuis longtemps, et son plan était solide. Étant anti-mutants depuis cette pluie de météorites, il s'est toujours promis de tous les détruites, bons ou méchants. À vrai dire Mr Jackson était contre l'UJI, il pensait que même les forces de l'ordre ne pouvaient pas retenir ces être abominable. Qu'un jour, ils se retourneraient contre les humains et ça, ce n'était pas envisageable pour notre député. Il avait donc fait équipe avec des chercheurs, à fin de trouver un antidote qui pourrait rendre les mutants à nouveau humain. Cependant pas tous les politiques étaient d'accord avec ceci. Les mutants faisaient partie de ce monde maintenant, beaucoup voulaient servir le pays même si ces mutants étaient moins nombreux de ceux qu'on appelés les BAD. Mr Jackson devait donc convaincre ses confrères et pour ça rien de mieux qu'un discours dans un lieu public. Tous les attachés de presse étaient présents. Aucune chaînes ne devaient manqués cet évènement. Mr Jackson était un bon orateur et les citoyens le soutenaient à chaque mot prononçait, plus la foule se montrait présente plus le discours du député devenait haineux.

Hope était à la gauche de ce dernier, mais tout de même assez reculé. Elle écoutait attentivement ses propos. La jeune femme n'était pas une anti-mutant, loin de là. Ils n'étaient pas tous comme Mr Jackson aimait les décrire. Beaucoup agissaient pour le bien, et l'UJI était très efficace, grâce aux justiciers cinquante pour-cent des BAD étaient maîtrisés. Kyle était sur cette mission tout comme Hope, lui était mutant et pourtant, il protégeait le député coûte que coûte. C'était quelqu'un de bien, rien avoir avec le monstre que veut faire croire l'homme politique. Elle le regarda quelques secondes en essayant de deviner ses émotions. C'était le premier touché par ce discours. Kyle était mutant et si cette loi devait être appliquée, il serait obligé d'abandonner ses pouvoirs ou bien de fuir. Hope considérait tous ces pouvoirs comme des dons, si elle en avait un, elle se serait certainement battue pour le garder et n'aurait pas eu la patience de certains mutants.

Tout était sous contrôle jusqu'à qu'un homme apparaisse de nul part. Il avait un genou à terre la peau entièrement dorée. Ainsi, on aurait dit un Messie et ce dernier avait bel et bien un message à délivrer. Les gardes du corps du député s'empressèrent de se jeter sur l'homme, mais en vain. Celui-ci était comme une projection, une illusion. Il n'était pas de chair. Ils se regardèrent tous bouche bée. Que faire dans cette situation. L'homme ne fut pas perturbé un instant par ces ignorants. Tel un mimétisme, il fit de même que l'homme qui se tenait sur sa droite et s'exclama.

Hope comprit de suite qu'il était commandé par un homme. Cela devait être un mutant qui pouvait certainement se dédoubler. Elle fit donc signe à Kyle qu'elle descendait dans la foule. Ni une ni deux la voilà mélangé à la population de Chicago. Elle observait tout ce que ses yeux pouvaient capter comme information. Elle remarqua qu'il y avait pas mal de mutant. Depuis qu'elle était justicière, c'est des choses qu'elle percevait rapidement. Ils avaient tous un comportement supérieur aux humains, même si dans le fond, ils se sentaient égaux. Aujourd'hui, ce comportement était décuplé d'autant plus qu'ils étaient tous d'accord avec le discours de l'homme doré. Un se démarqua des autres. Il était assez retiré de la foule, accompagné de son partenaire certainement. La jeune femme se dirigea vers eux difficilement. Les citoyens s'agitaient dans tous les sens et commençaient à devenir incontrôlable. L'homme doré les avait intrigués juste avant de disparaître. Hope vit donc son homme ouvrir les yeux et « revenir » à lui. Elle fonça vers les deux hommes et une fois à proximité, elle les approcha calmement.


« Bonjour Messieurs, je suis membre de l'UJI » dit elle en montrant sa plaque. « Je pourrais voir votre carnet s'il vous plaît ? »

L'homme dessinait était très semblable à celui qui avait apparu sur scène. Hope prit le carnet que l'homme lui tendait. Elle n'était pas curieuse à tout fouiller, elle voulait simplement s'assurait que son idée s'avérait juste. Elle rendit le carnet à l'homme en face d'elle et reprit la parole gentiment, après tout il n'avait rien fait de mal.

« Sympa comme intervention, je vous demanderais quand même d'éviter de perturber la discours de Mr. Jackson » ordonna-t-elle tout en gardant le sourire.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
http://b-m-h.forumactif.org


avatar
Welsie K. Coleman
also known as
Lady Nucleon

★ Messages : 39
★ Arrivé le : 13/06/2014
★ Avatar : natalie dormer
★ Niveau RP : peu m'importe, je m'adapte
★ Job/études : ancienne militaire et diplômée en sciences mathématiques, elle est ouvreuse à l'amc movie theatre


MessageSujet: Re: Le discours du leader politique Mer 18 Juin - 14:30

le discours du député jackson ; intrigue commune


You can't expect me to be fine, I don't expect you to care. I know I said it before but all of our bridges burned down.

« Allez, Alex... Tu veux pas plutôt aller manger une glace ? Je la paie ! »

La jeune femme tira sur le bras de son frère avec insistance pour tenter de l'emmener loin de la foule qui s'amassait rapidement sur la place du Chicago Historical Museum, devant l'estrade où devrait, d'ici une poignée de minutes, se tenir monsieur Jackson, l'un des députés les plus influents de la ville, qui avait acquis une grande partie de sa popularité auprès des habitants grâce à, principalement, sa lutte active contre les mutants. C'était un homme que Welsie n'avait jamais porté dans son coeur, même bien avant sa transformation, le jour de la pluie de météorites. Et évidemment, depuis, son sentiment à l'égard de cet homme n'avait pas été en s'améliorant. Elle n'avait, par conséquent, aucune envie d'assister à son discours, qui s'annonçait plus que probablement assassin à l'égard des mutants de la ville. Malheureusement, son frère n'était pas tout à fait du même avis; que ce soit à propos du discours, ou de son point de vue sur les "supers".

« Welsie, enfin, c'est important, ce qu'il se passe ! Ne prends pas ça à la légère ! Si ça se trouve, nous serons enfin débarrassés de cette peste qui nous ruine ! »

La demoiselle acquiesça à contre-coeur, ne souhaitant pas entrer dans un débat sans fin, et se demandant ce qui poussait son frère à réagir si brusquement à la simple évocation du mot "mutant". Elle ne lui avait jamais parlé de ce don qu'elle avait reçu cette nuit de décembre. Elle n'avait jamais osé aborder le sujet avec lui, avec ce frère, le seul qu'elle eut jamais eu, et qui, depuis leur plus tendre enfance, l'avait protégée de tout ce qui s'était mis en travers de leur chemin, et ce jusqu'à il y a un peu moins de deux ans d'ici, la nuit où quelque chose s'était définitivement brisé entre eux. Sans trop savoir ni pourquoi ni comment, mais depuis, ils n'étaient plus les mêmes. Elle se demandait souvent si c'était de sa faute à elle. Sa transformation avait-elle changé son attitude vis-à-vis de ce frère qu'elle aimait tant, ou lui-même avait-il forcé cet éloignement avec ses idées radicales à propos des mutants. Toujours était-il que plus rien n'était pareil. Et que même s'ils se voyaient plusieurs fois par mois, Welsie regrettait désormais d'avoir appelé son grand frère en cette belle après-midi qu'elle aurait préféré passer à faire n'importe quoi d'autre que de se retrouver à écouter le discours de cet homme qu'elle rêvait de pendre au mur avec des clous rouillés grouillant de tétanos.

Elle se rappelait encore du spot télévisé qu'elle avait vu tourner en boucle ces dernières semaines, annonçant déjà bien à l'avance l'intervention ultra-médiatisée du député, et ces images dignes des pires films d'horreur jamais réalisés. Elle avait du mal à s'imaginer que quelconque mutant puisse créer un tel chaos, seulement, elle savait parfaitement qu'ils existaient, et sans doute plus nombreux que ce à quoi elle pourrait s'attendre.

Cependant, ils restaient, quoi qu'il en soit, une minorité, contre laquelle tous les "gentils supers" luttaient avec bien plus d'ardeur dont ni la police, ni cet odieux homme prêt à tout pour éradiquer la race mutante, ne pourraient jamais faire preuve. Et ça la révoltait, qu'elle, ainsi que tous ces autres que seule la recherche du bien animaient, puissent ainsi être diabolisés par une si grande partie de la population, suivant, comme des moutons, leur inutile berger, qui n'avait, si ce n'est un hypothétique charisme et talent orateur, rien pour lui.

Courageux mais pas téméraire, il était plutôt le type de dictateur (elle n'avait pas honte d'user de ce terme à son égard) à inculquer dans les esprits de tous les habitants de la ville une rage telle qu'ils en seraient même presque prêts à en venir à se battre, pendant que ce dernier, trop effrayé de tacher son beau costume fait sur mesure, se réfugierait dans sa grande et luxueuse villa des beaux quartiers, sans scrupule pour ceux qui, dehors, se battraient pour défendre sa cause. Sinon, aurait-il une telle armée de gardes du corps à ses côtés, aujourd'hui, pour prononcer un simple discours ?

Elle n'écouta le discours que d'une oreille, se retenant pour garder son calme, surtout qu'avec son frère si près d'elle, elle avait plutôt intérêt à faire profil bas, si elle ne voulait pas que ce dernier se doute qu'elle n'était pas du tout d'accord avec ses idéologies, et que cela envenime encore leur situation déjà un peu bancale. Pour cela, elle se forçait à faire bonne figure, et à sourire à chaque fois qu'Alexander se tournait vers elle pour lui faire un clin d'oeil, ou lever son pouce vers le ciel en guise d'approbation. Il avait l'air d'un enfant à qui on promettait un voyage d'une semaine à Disney World.

Mais elle, au contraire, n'arrivait pas à se concentrer sur les paroles du député. Elle scrutait la foule, cherchait à capter le regard de quelques-uns qui, eux aussi, n'auraient pas l'air absorbés par le discours, mais plutôt révoltés par son contenu. Elle n'en trouva pas un, près d'elle. Et soudainement, elle se sentit incroyablement seule, oppressée, perdue au beau milieu de cette assistance qui ne souhaitait que la neutralisation des supers de la cité. Pire encore, à chaque fois que ce mot, "mutant" était prononcé, elle était prise d'une étrange impression que, d'un coup, tous se retournaient contre elle, la dévisageant comme s'ils savaient tout de cette vie qu'elle s'efforçait de cacher.

Un vaccin ? Ils ne l'auraient pas si facilement. Elle avait fait partie de l'armée américaine, tout de même... Si c'était à eux de mener les actions de neutralisation, il était certain qu'elle n'éveillerait aucun soupçon. Du moins... C'est ce qu'elle espérait.

Elle fut arrachée à ses pensées par un brutal évanouissement des cris d'approbation, qui lui fit immédiatement relever les yeux vers l'estrade, qu'elle avait déjà depuis longtemps quittée du regard. Aux côtés de Jackson, se tenait désormais un autre homme, à genoux, sorte de clone du député (soit dit en passant bien plus réussie que la copie originale), à la peau dorée, aux traits plus fins et plus harmonieux et à la musculature saillante décelable sans aucune difficulté sous son sublime costume. Un sourire bref se dessina au bord des lèvres de la demoiselle, alors que ses yeux se parsemaient de dizaines d'étoiles scintillantes.

Il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour se rendre compte qu'il s'agissait de l'oeuvre d'un mutant. Ses pensées s'accélérèrent alors qu'elle réfléchissait à un pouvoir capable de produire une telle illusion, que son créateur semblait pouvoir contrôler parfaitement, parce qu'après un moment de silence, ce sosie en version attirante de Jackson s'avança avec prestance au devant de l'estrade, pour prendre la parole.

« Et voici ce que j'aurai pu être si j'avais été comme eux. Regardez moi. Ne voyez-vous pas que ces dons ne sont pas la pour causer la mort, mais pour sublimer notre nature ? Lequel d'entre vous n'a jamais rêvé de voler entre les nuages par une chaude journée d'été ? Qui n'a jamais rêvé d'une force telle qu'elle pourrait lui permettre de protéger les siens de tous les dangers de la vie ?

Il avait raison, sur toute la ligne. La foule, éberluée, semblait boire ses paroles, bien qu'elle n'était pas sûre de savoir si ce lourd silence était causé par ce brusque retournement de situation, par le discours du clone, ou encore par son apparition soudaine, au beau milieu de l'estrade. Welsie mourait d'envie de l'applaudir, lui et son créateur, son salvateur, sorti de nulle part pour lui rappeler que non, elle n'était pas seule face à la haine de certains humains face aux mutants. Et qu'elle n'était pas la seule à être contre les plans du député Jackson. Sauf que celui qui avait créé cette illusion, lui, n'avait pas peur de se révolter ouvertement, ce qu'elle était incapable de faire. Elle avait trop à perdre, avec, en première ligne, ce frère qu'elle aimait tant et que, malgré leurs divergences, elle ne pourrait supporter de s'en éloigner définitivement, s'il apprenait qu'elle aussi, était mutante.

- Oui , vous y avez tous rêvé. Et maintenant que c'est possible, vous refuseriez un tel cadeau ? Vous voulez enlever ce cadeau à ceux qui l'ont déjà reçu car vous avez peur d'eux ? Non. Je sais qu'au fond de vous, vous n'aspirez qu'à être comme eux. Ainsi devenir ce que vous auriez toujours dû être si la chance avait frappé à votre porte.

Elle avait déjà entendu ce genre de discours. Cette manière de parler, d'assembler les mots lui était familière. Et elle savait même d'où elle s'en rappelait. Et surtout de qui elle s'en rappelait. Soudainement, son regard se mit à scanner l'assistance, en quête de le retrouver dans la foule. Pour avoir su utiliser son pouvoir, il devait sans doute se trouver un peu à l'écart de l'excitation générale. Elle n'accordait aucune importance à son frère, qui, à peine remis de l'apparition du clone, commençait à hurler son mécontentement, rapidement rejoint par d'autres militants pro-Jackson. Elle cherchait simplement à découvrir où cet homme, qu'elle avait rencontré une fois, il y a quelques semaines, à l'organisation Deus Ex, et qui n'avait eu besoin que de leurs quelques minutes d'entrevue pour faire forte impression sur la jeune femme, avait bien pu se cacher pour commettre son méfait. Elle pouvoir voir les mouvements de la foule, signifiant qu'elle n'était pas la seule à sa recherche, et que d'autres, probablement l'un ou l'autre des gardes du corps, s'était déjà attelé à cette tâche.

- Et c'est désormais possible. Si ces scientifiques peuvent enlever ces cadeaux par une simple seringue, ils sont aussi capables de vous les offrir !

Pour le coup, elle était bien moins d'accord. Non pas qu'elle fut égoïste, mais le fait qu'elle se savait faire partie de la minorité d'habitants possédant un don lui procurait une certaine satisfaction. Si devenir mutant en venait à dépendre d'une simple seringue accessible à tous, être mutant n'aurait plus rien d'exceptionnel, elle n'aurait plus rien d'exceptionnel. Et c'était quelque chose qu'elle ne souhaitait pas du tout.

- Mes frères et soeurs, c'est désormais à vous de choisir , car VOUS avez le vrai pouvoir ! Et à l'heure du choix, n'oubliez pas mes paroles... »

La disparition du sosie causa une énorme agitation de la foule, dans laquelle elle perdit son frère de vue. L'assistance criait, hurlait, que ce soit positivement à Jackson, ou à son sosie. Et, dans la folie ambiante, Welsie ne trouvait plus sa place. Rapidement, elle se mit un peu à l'écart, pour respirer un peu. Et alors que le député tentait vainement de reprendre l'attention de son public, elle se remit à chercher l'homme -il s'appelait Francis, si ses souvenirs étaient bons- du regard. Elle le trouva peu après, avec un autre homme, tout aussi charmant, mais peut-être un peu plus jeune, et une femme, le nez collé à son carnet de dessin. Que lui voulait-elle ? Ce devait être l'une de personnes au service de Jackson, venue spécialement lui demander d'arrêter son petit spectacle. Elle paraissait pour l'instant douce et compréhensive. Mais si la situation s'envenimait, Welsie n'hésiterait pas à intervenir, au risque même de griller sa couverture d'humaine ordinaire. Sinon, elle irait peut-être parler à Francis, ensuite. Si elle arrivait à surmonter son appréhension d'être prise pour une idiote. Avec un peu de (mal)chance, il ne se souviendrait même plus d'elle. Des mutants, il devait en croiser des dizaines dans l'organisation.

Mais en attendant, elle restait un peu à l'écart, juste au cas où son frère se mettrait à sa recherche. Loin de la foule, elle était facilement repérable.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Francis Belamy
also known as
Catfish

★ Messages : 37
★ Arrivé le : 31/05/2014
★ Age : 37
★ Avatar : James Macavoy
★ Niveau RP : Niveau 2 ou 3
★ Job/études : Illustrateur


MessageSujet: Re: Le discours du leader politique Mer 18 Juin - 16:46

Alors que la jeune femme lui avait présenté sa carte de l'UJI et réquisitionné son bloc à dessin, Francis était demeuré silencieux. Derrière son regard glacial , son cerveau fonctionnait de manière presque mécanique , et cela afin de dresser un portrait de la nouvelle venue :

Pas tout à fait la trentaine et déjà membre de la force d'élite à la solde du maire.Elle n'a pas cet air supérieur qu'affichent la plupart des mutants. Humaine , à coup sur. Mais elle les connait. Elle travaille à la fois avec et contre eux. Ou tout du moins avec l'un d'entre eux. Position instable , bien que peu de probabilité qu'elle soit d'accord avec le discours du député Jackson.
Dangereuse ? Seule non. Trop jeune. Trop inexpérimentée. Mais aucune information sur son partenaire mutant. Aucune idée de son pouvoir, ni de sa position.
Bilan des forces : en notre faveur.
Tactique à adopter : utiliser la force contre un membre de l'UJI reviendrait à nous discréditer après ce beau discours. Priorité à la négociation.    
 

- Sympa comme intervention, je vous demanderais quand même d'éviter de perturber la discours de Mr. Jackson déclara la jeune femme d'une voix ferme en lui rendant son carnet à dessin , mais adoucissant ses propos d'un sourire.

Avant que Francis n'ait pu esquisser un mot, une violente bourrasque percuta de plein fouet la jeune femme. Elle fut projetée à plusieurs dizaine de mètres, retombant dans l'herbe dans un craquement sonore.  
Francis se retourna vers Robbie, furieux. Mais ce qu'il vit le laissa le jeune homme sans voix.
Robbie se tenait toujours à côté de lui , le visage crispé, la main tremblante,  ses yeux verts luisant d'une lueur inquiétante. Francis savait que le jeune homme mourrait d'envie de sauter à la gorge de cette fille, mais il pensait qu'il aurait assez de jugeote pour s'en abstenir. Il se maudit alors pour avoir sous-estimé la haine du gamin pour l'UJI.
Peu après avoir découvert ses pouvoirs, Robbie avait voulu épater une tablée dans un bar, à l'ouest de la ville. Ce qui ne devait être alors qu'une légère brise c'était transformée en une véritable tornade. Résultat : une quinzaine de blessés et un pâté de maison éventrée. Pour une erreur de jeunesse, on l'avait traqué comme un criminel, l'obligeant à fuir de chez lui et à vivre dans un camps de sans abris pendant plusieurs mois.  Puis de véritables criminels avaient fait leur apparition, et la police privée du maire lâcha l'affaire. Robbie put remonter la pente, mais il était trop tard : sa haine pour ceux qui avaient détruit sa vie était maintenant profondément ancrée en lui.

- Et vous , ça ne vous dérange pas de détruire nos vies ? cracha haineusement Robbie en s'avançant vers la jeune femme prostrée au sol. Expliques moi ma grande pourquoi vous seriez les seuls à avoir le droit à la liberté d'expression ?

- Calmes toi Robbie ! Qu'est ce qui te prend ?! déclara Francis tentant de s'interposer avant que l'irréparable soit commis. Tiens toi en au plan , et laisses moi faire.
Robbie détourna quelques instants le regard vers son chef :
- Tes plans , tes machinations , je m'en cogne. On en a marre. Notre situation n'avance pas. Les humains veulent nous détruire , et toi tu te contentes de leur servir de beaux discours sur " Eh , on pourrait tous être heureux si on était des mutants les gars !". Putain , ouvres les yeux ! Ça ne fonctionnera jamais ! Alors si tu n'as pas les couilles pour faire ce qui doit être fait , dégages de mon chemin !
D'un revers de la main, il envoya une nouvelle bourrasque qui projeta Francis sur l'arbre ou il se tenait quelques instants auparavant. La violence du choc lui vida  l'air des poumons, et le laissa à moitié assommé. Malgré les étoiles qui dansaient devant ses yeux  , il sut avec certitude que si il n'arrivait pas à trouver une solution rapidement, la guerre humain/mutant allait éclater bien plus vite que prévue !
 

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Welsie K. Coleman
also known as
Lady Nucleon

★ Messages : 39
★ Arrivé le : 13/06/2014
★ Avatar : natalie dormer
★ Niveau RP : peu m'importe, je m'adapte
★ Job/études : ancienne militaire et diplômée en sciences mathématiques, elle est ouvreuse à l'amc movie theatre


MessageSujet: Re: Le discours du leader politique Mer 18 Juin - 19:55

le discours du député jackson ; intrigue commune


You can't expect me to be fine, I don't expect you to care. I know I said it before but all of our bridges burned down.

En pensant "si ça tourne mal, je m'en mêle", Welsie n'avait jamais imaginé que la situation puisse prendre un tel tournant si rapidement. Et, pour être honnête, elle aurait sans doute préféré que cela ne se passe pas comme ça.

Sans crier gare, le jeune homme qui accompagnait Francis avait envoyé balader la demoiselle d'un simple mouvement de main, qui avait provoqué une impressionnante bourrasque contre laquelle même l'homme le plus imposant du pays n'aurait pas eu un meilleur sort que celui de la jeune femme, projetée à plusieurs mètres de là.

Son premier réflexe fut de scruter les alentours, pour s'assurer que personne n'avait assisté à là scène, qui venait un seul coup d'afficher une énorme enseigne lumineuse au-dessus de la tête du jeune homme, sur laquelle il serait écrit "je suis mutant !". Heureusement, si certaines têtes s'étaient retournées après l'impact de la jeune femme au sol, très peu semblaient avoir vu ce qui s'était passé pour qu'elle en arrive là.

Après avoir hésité un instant, elle prit la décision d'aller venir en aide à cette pauvre demoiselle, qui avait dû se faire drôlement mal lors de son impact au sol. De cette manière, elle pouvait faire une bonne action, tout en restant discrète. Elle se dépêcha de la rejoindre, et s'agenouilla à se côtés, pour éventuellement l'aider à se relever.

« Mademoiselle, ça va ? Vous vous êtes fait mal ?

Bien sûr qu'elle s'était fait mal, c'était impossible autrement. Le jeune homme qui l'avait ainsi projetée au sol, alors qu'elle n'avait pas l'air de vouloir le quelconque mal au duo de mutant qu'il formait avec Francis, devait vraiment être un peu dérangé pour agir ainsi. C'est bien ça que Welsie avait toujours reproché aux mauvais; ils agissaient toujours sans se demander une seule seconde si leur action n'était pas un peu disproportionnée par rapport à ce qui l'avait provoquée. Et c'était à cause d'eux si les mutants étaient maintenant diabolisés par une énorme partie de la population. A cause d'eux si on voulait les neutraliser.

Mais il n'avait pas encore eu assez en l'envoyant si violemment au tapis. Il n'en avait pas fini avec elle. Il lui cracha sa rage à la figure comme un lion furieux qu'on venait tout juste de libérer de sa cage. Welsie se fit toute petite, se contentant d'aider la jeune femme à se relever. Mais son intervention aurait de toute façon été inutile, car Francis venait d'interpeller son jeune compagnon, le sommant de se calmer, et de s'en tenir "au plan". Quel plan ?, se demanda-t-elle, sachant qu'elle ne pourrait de tout façon pas répondre à cette question. Mais la réponse de l'homme, sur le front duquel elle pouvait désormais mentalement coller une petite étiquette nominative, "Robbie", ne se fit pas attendre.

- Tes plans, tes machinations, je m'en cogne. On en a marre. Notre situation n'avance pas. Les humains veulent nous détruire, et toi tu te contentes de leur servir de beaux discours sur " Eh, on pourrait tous être heureux si on était des mutants les gars !". Putain, ouvre les yeux ! Ça ne fonctionnera jamais !

Et pour ça, juste pour ça, elle était tout à fait d'accord avec lui. Elle aussi ne croyait pas une seule seconde à l'idéal "soyons tous mutants et heureux !" que Francis semblait défendre. Seulement, celui-là semblait plutôt radical, parce qu'il ne put s'empêcher d'ajouter une phrase que Welsie jugeait parfaitement inutile pour faire passer son message.

- Alors si tu n'as pas les couilles pour faire ce qui doit être fait, dégage de mon chemin !

Le dénommé Robbie joignit le geste à la parole, en envoyant une nouvelle bourrasque, dans la direction, cette fois, de Francis. Ce dernier se retrouva bien rapidement presque cloué à l'arbre sous lequel il se tenait juste avant de s'avancer pour tenter d'arrêter son comparse dans sa folie anti-humains. Et si cette fois-ci, si personne dans la foule ne l'avait vu, ce n'était certainement plus le cas.

Elle se releva, et interpella le jeune homme, en espérant ne pas, elle aussi, subir sa colère.

- Hé, vous... Je voulais juste vous dire que je suis d'accord avec vous, tout à fait d'accord, je pense qu'on ne devrait ni neutraliser les mutants ni permettre aux humains d'en devenir aussi mais... Je pense aussi qu'utiliser la violence contre vos opposants n'est pas la meilleure manière de faire valoir vos idées...

Elle fit deux pas vers lui, doucement, se préparant à la moindre contre-attaque de l'homme en face d'elle. Deux pas, c'était largement assez. Elle ne s'approcherait plus d'un demi-millimètre.

- Si vous vous révoltez de la sorte, je peux comprendre aisément que certaines personnes souhaitent vous retirer votre don... Regardez à quoi vous l'utilisez ! Vous pourriez tuer n'importe qui d'un seul coup de main, et je suis sûre que vous n'hésiteriez pas une seconde à le faire, à n'importe quelle occasion... Vous êtes dangereux, pour vous et pour tout le reste de cette ville... »


Revenir en haut Aller en bas


avatar
Francis Belamy
also known as
Catfish

★ Messages : 37
★ Arrivé le : 31/05/2014
★ Age : 37
★ Avatar : James Macavoy
★ Niveau RP : Niveau 2 ou 3
★ Job/études : Illustrateur


MessageSujet: Re: Le discours du leader politique Jeu 26 Juin - 16:33

Francis eut tout le mal du monde à se concentrer sur autre chose que les points lumineux qui dansaient furieusement devant ses yeux. Heureusement, il avait déjà vécu pire, et ne s'en sortirai qu 'avec quelques ecchymoses. Mais si son corps s'en sortait à bon compte , son orgeuil en revanche en avait pris un sérieux coup!
Comment se pouvait-il qu'il se soit trompé à ce point sur Robbie ? Il l'avait pourtant choisi pour son dévouement et son extrême maniabilité. Mais il avait suffi qu'il rencontre un membre de l'UJi pour qu'il perde complétement les pédales, et qu'il se retourne même contre lui.
Relevant la tête, il vit que le vacarme avait attiré l'attention de la foule. C'était le pire qui puisse arriver. Par ses actions, Robbie allait ouvertement déclarer la guerre aux humains! Et si Francis savait que cette guerre était inévitable , il savait aussi que les mutants n'étaient pas encore près pour ça. Isolés et sans chef , ils allaient au massacre !
Il se devait d’arrêter ça, même si pour cela, il se devait de tuer la seule personne qui se rapprocher pour lui un tant soit peu d'un ami.

Douloureusement, le jeune homme réussi à s'adosser à l'arbre et à attraper son calpin dans le sac qui trainait non loin. Alors qu'il allait lancer son critérium à l'assaut de la feuille vierge de canson , il remarqua une jeune blonde qui venait de s'interposer devant Robbie. Welsie Coleman. Un mutante , puissante même. Francis l'avait rencontré plusieurs semaines auparavant, lors d'une réunion public des Deus Ex. Il avait tout de suite décelé son potentiel , et lui avait exposé sa vision de l'avenir. Mais elle avait refusé de rejoindre leurs rangs. Francis en avait été profondément déçu , car cette fille se serait révélé une alliée précieuse pour ce qui allait arriver. Et la voila qui se tenait à quelque centimètres d'un homme qui pouvait l'écorcher vif d'une simple pensée... Par cet acte de courage ( ou de folie pure), elle venait de faire un bond dans son estime.

S'ensuivit un dialogue mouvementé entre la blondinette et Robbie, qui s'envenima très vite. De la ou il était , Francis ne pouvait l'entendre. Il ne put voir que la gifle magistrale qu'assena le jeune homme à Welsie, l'envoyant au tapis . Du sang coulait de sa lèvre fendue. Avec un dernier regard méprisant , Robbie se détourna de la blondinette. Alors qu'il marchait vers Hope , toujours prostrée dans l'herbe, le vent se mit à forcir de manière dangereuse... Francis savait qu'il n'avait plus beaucoup de temps avant que l'irréparable soit commis , et ses mains s’agitèrent de manière frénétique sur le papier...

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
also known as



MessageSujet: Re: Le discours du leader politique

Revenir en haut Aller en bas
 

Le discours du leader politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Sénateur Moise le leader politique le plus populaire après Aristide
» Délinquant ou leader politique ?
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Discours du PM lors de la Mission Economique Canada-Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Lincoln Park :: Le Chicago Historical Museum-